(de-news.net) – La loi sur les opportunités de croissance, déjà adoptée par le Bundestag, a été approuvée par la commission de médiation, l’organe au sein duquel le Bundestag allemand et le Bundesrat négocient des compromis. La loi comprend des réductions d’impôts pour les entreprises allemandes ainsi que des mesures visant à réduire la bureaucratie.

Le Conseil fédéral se réunira le 22 mars pour statuer sur la loi. Les deux partis de l’Union représentés là, et qui avaient eux-mêmes proposé un paquet immédiat et sont contre une aide au diesel agricole, rejettent la loi, alors que le SPD ne dispose pas d’une majorité suffisante. En outre, les partis de l’Union souhaitent que la loi sur le chauffage soit supprimée afin que la loi sur les opportunités de croissance trouve un soutien. Ladite loi menace donc de faire long feu.

Le SPD a appelé la CDU-CSU à céder. De nombreuses associations professionnelles sont favorables à la loi, a avancé le ministre fédéral de l’Économie Habeck (Verts). Les partis de l’Union n’ont pas proposé de moyens de contre-financer leurs propres propositions. Leurs suggestions sont donc douteuses, a-t-il ajouté. Le secrétaire général de la CDU, Linnemann, a répondu qu’il n’y avait pratiquement aucune incitation aux investissements des petites et moyennes entreprises par le biais des projets de la coalition gouvernementale. La loi sur les opportunités de croissance s’élevait initialement à sept milliards d’euros. Après que les Etats ont rejeté de nombreuses mesures, il ne contient plus que trois milliards d’euros.

L’Association fédérale des associations d’employeurs allemands avait déjà mis en garde contre des conflits politiques entre les partenaires de la coalition. La loi sur les opportunités de croissance doit être adoptée rapidement, notamment en ce qui concerne la politique énergétique, la flexibilisation du marché du travail et dans la perspective de réformes structurelles sociopolitiques.